A propos de l'AEC

 Siege du Secrétariat de l’association des Etats de la Caraïbe

 

Comment et pourquoi l’AEC a-t-elle été créée 

L’association des Etats de la caraïbe est un issue de la volonté des trente-deux (32) États, pays et territoires de la Grande Caraïbe afin d’améliorer la coopération au sein de la région, une initiative basée sur des proximités géographique évidente et des liens historiques connu de tous. Comme le précise la convention établissant l’AEC, son objectif principal est d’être une organisation de « consultation, coopération et d’action concertée » pour ses pays membres. Son enceinte fournit un forum de dialogue politique qui permet aux membres d’exprimer et d’identifier des domaines d’intérêts et de préoccupations communes à un niveau régional auxquels des solutions peuvent être apporte via la coopération. Les membres de l’AEC ont identifié cinq(5) domaines de préoccupation a porté à l’attention de l’association :

  • La préservation et la défense de la mer des caraïbes. La conservation et la protection de cette ressource naturelle est un des mandats principaux de l’AEC  et  la manifestation du devoir de de droit de tous les citoyens caribéens de protéger ce très tangible droit innée.
  • Le tourisme durable. L’importance de l’industrie touristique pour le développement économique de l’ensemble des membres de l’AEC dépassent les questions de taille ou de langue.
  • Le commerce et les relations économiques extérieures. L’AEC offre un cadre de dialogue et d’action nécessaire pour faire avancer l’intégration économique, le commerce et les investissements inter-régionale, tout en améliorant la compétitivité économique de la grande caraïbe.
  • Les catastrophes naturelles. La vulnérabilité perpétuelle de tous les pays et territoires de la grande caraïbe aux ravages matériels et aux conséquences économiquement paralysante des catastrophes naturelles est un thème de la plus haute importance au sein de l’agenda de la région.
  • Les transports. Le bon fonctionnement, l’efficacité et la viabilité des routes maritimes et aériennes interrégionales ne facilite pas uniquement le rapprochement des relations infrarégionales. Cela représente également une base fondamentale nécessaire à la réussite de la coopération dans les domaines susmentionnés.   

Secrétaire général en fonction : Son excelllence l’ambassadrice Dr. June Soomer.

Président du conseil des ministres de l’AEC 2018 : Le Ministre des affaires étrangères du Nicaragua.


Association des Etats de la Caraïbe (AEC)

La Convention créant l'AEC a été signée le 24 juillet 1994 à Carthagène en Colombie, dans le but de promouvoir la consultation, la coopération et l'action concertée entre tous les pays de la Caraïbe. Elle compte 25 Etats Membres et huit territoires non-indépendant éligibles au statut de Membres Associés.

Texte complet de la convention de l’AEC

Fonctions. Les objectifs de l'AEC sont précisés dans la Convention et se basent sur les aspects suivants : le renforcement du processus régional de coopération et d'intégration en vue de créer un espace économique élargi dans la région ; la préservation de l'intégrité environnementale de la mer des Caraïbes qui est considérée le patrimoine commun des peuples de la région ; et la promotion du développement durable de la Grande Caraïbe.

Organisation. Les principaux organes de l'Association sont le Conseil des ministres, qui est le principal organe de formulation de politiques et d’orientation de l’Association, et le Secrétariat.

  • Il existe cinq Comités spéciaux sur :
  • le Développement du Commerce et des Relations économiques extérieures
  • le Tourisme durable
  • le Transport
  • la réduction des risques liés aux catastrophes naturelles
  • le Budget et l'Administration. 

Par ailleurs, un Conseil des Représentants Nationaux du Fonds spécial est chargé du suivi des efforts de mobilisation des ressources et du développement des projets.

Les Membres : Les Etats membres ont le droit de participer et de voter de plein droit aux réunions des Conseils des Ministres et des Comités Spéciaux de l’Association. Ci-dessous, la liste des Etats membres :

Antigua-et-Barbuda, les Bahamas, la Barbade, Belize, la Colombie, le Costa Rica, Cuba, la Dominique, la République dominicaine, Grenade, le Guatemala, le Guyana, Haïti, le Honduras, la Jamaïque, le Mexique, le Nicaragua, le Panama, Sainte-Lucie, Saint-Christophe et Nièves, Saint-Vincent et les Grenadines, le Salvador, le Suriname, Trinité-et-Tobago, le Venezuela.

Les Membres Associés : Les Membres Associés ont le droit d’intervenir dans les débats et de voter aux réunions du Conseil des Ministres et des Comités Spéciaux sur les questions les concernant directement et relevant de leur compétence constitutionnelle. La liste des Membres associés:

Aruba, Curaçao, La France (Guyane & Saint-Barthélemy), La Guadeloupe, Iles Turques-et-Caïques (inactives), Les Iles Vierges britanniques, La Martinique, Le Royaume des Pays-Bas (et anciennement les Antilles néerlandaises, avant sa dissolution - Bonaire, Saba Saint-Eustache) Saint-Martin, Sint Maarten.

Les Observateurs fondateurs. Etant donné l’emphase placée sur la promotion, la consolidation et le renforcement du procès de coopération et d’intégration régionale et reconnaissant le rôle privilégié accordé, par la Convention, aux organisations d’intégration subrégionale dans l’accomplissement des propos et fonctions de l’Association. Le Secrétariat a établi des accords spéciaux avec le Secrétariat de la CARICOM, le Système économique latino-américain (SELA), le Système d'intégration centraméricaine (SICA) et le Secrétariat permanent de l'Accord général sur l'Intégration économique centraméricaine (SIECA) afin de faciliter leur participation aux travaux du Conseil des ministres et des Comités spéciaux de l’AEC.

Le secrétariat de la CARICOM, le SELA, le SICA et le secrétariat permanent du SIECA ont été déclarés Observateurs fondateurs de l'AEC en 1996. La Commission économique pour l'Amérique latine et la Caraïbe des Nations Unies (CEPALC) et l'Organisation touristique de la Caraïbe (CTO) ont été admises en tant qu'observateurs fondateurs respectivement en 2000 et 2001.

Les Observateurs : Des observateurs peuvent être admis à l'Association selon les termes et les conditions établies par le Conseil des Ministres, en accord avec l’Article V de la Convention créant l’Association des Etats de la Caraïbe. Les Pays observateurs de l’AEC sont :

L’Arabie saoudite, l’Argentina, la Biélorussie, le Brésil, le Canada, le Chili, la Corée du sud, l’Egypte, l’Equateur, l’Espagne, la Finlande, l’Inde, l’Italie, le Maroc,  le Pérou, le Royaume des Pays Bas, le Royaume-Uni de Grande Bretagne, la Russie, la Serbie, la Slovénie, la Turquie, l’Ukraine.

Les Organisations observatrices. L’alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique – le traite de commerce des peuples (ALBA-TCP), la Banque centraméricaine d'intégration économique (BCIE), l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l'Union européenne (UE).

Les acteurs sociaux. La participation des Acteurs sociaux dans l’Association devra contribuer effectivement à la réussite des objectifs du Plan d´action adopté par le Sommet des chefs d´Etat et de gouvernement à Port d’Espagne, du Programme de travail de l´Association, des décisions du Conseil des ministres et des activités prévues dans les Programmes de travail des Comités spéciaux.

Les Acteurs sociaux de l’AEC sont :

L’Association des Bibliothèques Universitaires, de Recherche et Institutionnelles de la Caraïbe (ACURIL), l ’Association caribéenne de l’Industrie et du Commerce (CAIC), l’association médicale de la caraïbe (AMECA), l’Association des Transporteurs maritimes de la Caraïbe (CSA), l’association caribéenne de conservation (CCA), Centre régional Antilles-Guyane de l’Institut national de recherche agronomique (CRAG/INRA), la coordination régionale d’investissement économiques et sociales (CRIES) et l’Association des Universités et Centres de recherche de la Caraïbe (UNICA), l’université Latino-Américaine de sciences sociales(FLASCO) et l’Université des Antilles (UWI).

La Grande Caraïbe. La Zone de Coopération de la Grande Caraïbe a été établi en reconnaissance de l’espace géographique commun que partagent nos Etats, Pays et Territoires et en raison des intérêts, objectifs communs qui en découlent. La Zone de la Coopération de la Grande Caraïbe consiste en des actions conjointes dans les domaines établis comme priorités par l’AEC, à savoir le commerce, le tourisme durable, les transports et la réduction des risques liés aux catastrophes naturelles.